Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pause bien-être

    Un petit moment de bien-être inédit pour les familles des enfants hospitalisés aujourd'hui.

    Elles ont pu profiter d'une pause douceur avec les soins hydratants et réparateurs pour le corps, gentiment offerts à Pokanel par les Cosmétiques Nuhanciam. Aucune n'a d'habitude accès à ce type de produit de bien-être et j'étais ravie qu'au fil des explications, chacune se détende un peu et s'échappe pour quelques minutes du contexte éprouvant de l'hôpital. 

    Merci beaucoup à Muriel Berradia, créatrice des Cosmétiques Nuhanciam pour cette très gentille attention ! 

    Z1.jpg

    Z2.jpg

    Z3.jpg

    Z4.jpg

    Z5.jpg

    Z6.jpg

    Z7.jpg

    Z8.jpg

    Z9.jpg

    Z10.jpg

    Z11.jpg

    Z12.jpg

  • Smiling colors

    La journée commence aujourd'hui par une jolie pause récréative (oui, je fais la pause AVANT le travail).

    Vous êtes plusieurs à me demander comment contribuer à égayer un peu les journées des enfants hospitalisés, c'est très simple : une pochette de feutres (extras pour les petits, de bonne qualité et lavables à l'eau) coûte 3,60€, je l'achète de votre part, j'écris votre prénom sur la pochette et j'offre votre cadeau à Annie, Lamia, Ernest, Larissa...

    Hop, petit miracle, journée plus souriante ! 

    W1.jpg

    W2.jpg

    W3.jpg

    W4.jpg

    W5.jpg

    W6.jpg

    W7.jpg

    W8.jpg

    W9.jpg

  • Naissance de la pharmacie gratuite

    À Madagascar, il est souvent difficile de réaliser des projets qui vous tiennent à cœur, même si vous avez une envie très sincère d'entreprendre et de concrétiser votre idée, vous serez confronté(e) à la dure réalité du pays : le manque criant de moyens (techniques), la rareté des matériaux et du matériel, le moindre transport qui est toujours chronophage et se transforme souvent en problème logistique, un rythme d'exécution plutôt "tranquille" (qui peut me rendre dingue personnellement, j'assume ça), la notion de "cahier des charges" qui est quelque chose d'abstrait pour la majorité des artisans parce qu'ils sont habitués à considérer un objet par rapport au remplissage de sa fonction et non par rapport au respect de dimensions notamment.... et au moins 100 autres choses qui feront qu'entreprendre un projet va ressembler à un parcours d'obstacles aussi variés que riches... (je souris en écrivant "variés" et "riches", c'est de l'automédication, ceux qui connaissent la réalité de Madagascar, savent et rient déjà gentiment de mes futurs "soucis".

    Donc quand jeudi dernier devant le meuble à pharmacie chancelant de l'hôpital de Befelatanana, j'ai proposé de créer une vraie et grande pharmacie gratuite pour les familles les plus démunies, bien organisée pour faciliter l'accès aux médicaments et la gestion des stocks, j'ai bien vu les regards incrédules que tout le monde me lançait, incrédulité constante jusqu'à la réalisation finale aujourd'hui d'ailleurs.
    Donc il y a 7 jours, à part dans ma tête, cette belle pharmacie n'existait pas.
    Et pour qu'elle existe, maintenant que je me retourne sur ces 7 jours, je me dis "ANDRIAMANITRA !" / "OH MY GOD!" / "OH MAIS QUI A EU CETTE IDÉE AU LIEU D'ALLER SE PROMENER ?!?".

    Il a fallu trouver des planches de bois qui n'existaient nulle part, essuyer le refus de 5 ateliers de menuiserie d'en couper des rectilignes, encore moins d'avoir autre chose que des extrémités coupées grossièrement à la hache, au final entendre la scierie me proposer deux troncs d'arbres couchés au milieu des canards, rentrer sans rien au soir du jour 1, dépitée. 

    A.jpg

    B.jpg

    Attaquer le jour 2 avec la volonté de trouver 78 mètres de planches avant le coucher du soleil, se lancer dans un périple en taxis à la recherche de différentes pistes, entendre toujours les mêmes refus, en avoir marre à 15h que rien n'avance et dire "Puisque c'est comme ça, ON SE LANCE ! J'investis dans ma propre menuiserie, j'achète tous les outils et on fera tout par nous-mêmes", ce "on" n'étant pas bien identifié au départ, j'avoue... Mais j'ai convaincu en quelques secondes, Natha et Ranto qui n'avaient jamais touché une scie et une règle à dévers de leur vie que ça allait être GÉNIAL et que l'aventure serait incroyable ! 
    À la fin du jour 2, on a 78 mètres de pin tout humide car fraîchement sorti de la forêt, brut et franchement moche, coupé à la hache, sur une charrette qu'on pousse sur 5km jusque dans la côte à 15% de Mahamasina à l'hôpital de Befelatanana, il fait 28 degrés, on a le bois, tous les outils et on va... décéder au bout du 3ème escalier à monter, sur notre tas de planches mouillées. Fin du jour 2, c'était une bien belle journée ! C.jpg

    D.jpg

    Jour 3 autrement baptisé "le jour le plus long de notre vie" puisqu'on a trié, mesuré, coupé, réalisé, poncé manuellement 178 pièces de bois brut jusque tard dans la nuit éclairés par la lumière de nos portables. Cette nuit-là, Tana a été traversée par 3 zombies qui ne parlaient plus d'épuisement et qui devaient se retrouver après 4h de sommeil pour aller visiter les enfants malades. 

    E.jpg

    F.jpg

    G.jpg

    Les jours suivants ont été une succession de tempêtes qui nous ont trempées, d'inondations du couloir qui nous servait de chantier, de découpes dans l'obscurité, de fatigue intense à tout faire manuellement à tel point qu'on ne peut plus tenir un tournevis sans grimacer de douleur et la tentation de baisser un peu notre (mon) niveau d'exigence et de se remotiver en ne se résignant pas à faire moins bien que le résultat visé malgré les difficultés. 

    H.jpg

    I.jpg

    Ce soir, la pharmacie est bien là, elle EXISTE, tout est solide, droit, pérenne, exactement comme elle existerait à Paris, mais elle est à Madagascar avec ce petit parfum de victoire sur le "zéro moyen". Elle a carrément le goût du courage et de la persévérance, de l'envie de bien faire les choses et de la capacité à garder leur sens de l'humour des deux meilleurs apprentis menuisiers sur terre, Natha et Ranto, BRAVO à tous les deux et soyez très fiers de vous et de cette belle réalisation !

    J.jpg

    K.jpg

    #makeithappen